Brève de recherche DDC – 2018 : Difficultés de prise de décision de carrière: distinctions entre indécis et décidés (Romy Paris-Savoie)
18 mars 2018  -  Par :   -  Recherche  -  Aucun commentaire

decid

Image récupérée de https://pxhere.com/en/photo/1274362

 

BRÈVE DE RECHERCHE DDC – 2018 

Sous la direction de LOUIS COURNOYER

Professeur-chercheur, conseiller d’orientation, Université du Québec à Montréal

Dans le cadre du cours CAR 2901 – Introduction au développement de carrière, les personnes étudiantes des programmes de majeure et de baccalauréat en développement de carrière furent invités à produire un résumé de lecture à partir d’un document scientifique rattaché à leur champ professionnel. Nous en présentons quelques-uns dans une série intitulée « Brève de recherche DDC – 2018 ». Bravo à tous ces étudiantes-auteures et ces étudiants-auteurs qui en sont pour la plupart à leur première publication.

Pour citer ce résumé:

Paris-Savoie, Romy (2018). Compte rendu de F. Bacanli, 2016, Career decision-making difficulties of Turkish adolescents. International Journal for Educational and Vocational Guidance, 16 (2), p. 233-250.

Cette recherche de Bacanli vise à fournir aux conseillers de la Turquie un instrument de mesure des difficultés de prise de décision de carrière pour les étudiants adolescents. En effet, ces derniers n’ont pas d’outils turcs fiables et solides pour cibler et faciliter le processus de prise de décision de carrière des étudiants. Ce type d’instrument est essentiel en carriérologie. Cette recherche veut aussi établir les différences entre les genres, les niveaux scolaires et les profils « décidé» ou «indécis » concernant les difficultés de prise de décision.

Pour créer leur instrument, les chercheurs ont décidé de se baser sur le « Career Decision-Making Difficulties Questionnaire » de Gati et Saka (2001). Ce test sépare les difficultés éprouvées en processus de décision vocationnel en trois grandes catégories : le manque de préparation, le manque d’information et l’inconsistance de l’information. Chaque catégorie possède ses sous-catégories. Le manque de préparation regroupe le manque de motivation, l’indécision générale et les croyances dysfonctionnelles irrationnelles. La deuxième grande catégorie possède quatre sous-catégories le manque d’information; du processus, du soi, des alternatives et des différentes façons de l’obtenir. Enfin, les informations non fiables ou contradictoires, les conflits internes et les conflits externes sont les sous-catégories de l’inconsistance de l’information.

Le questionnaire traduit en turc de Gati et Saka fut distribué à 2509 étudiants provenant de neuf écoles secondaires. Cet échantillon est composé à 53.09% de filles et 46.91% de garçons, âgés de 14 à 18 ans. Quarante pourcents des étudiants se trouvant en neuvième année, 31% en dixième année et 29% en douzième année. Les informations recueillies par le questionnaire furent analysées par quatre outils; le Cronbach’s alpha internal-consistency reliabilities qui traite de la fiabilité des catégories et sous-catégories, le ADDTREE qui identifie la proximité que les catégories et les sous-catégories ont entre elles, le CFA qui valide si la version Turc du questionnaire est représentative de la structure du modèle original et le MANOVA qui permet de différencier les résultats selon les genres, le niveau de scolarité et le profil décidé/indécis.

Les données obtenues du tableau d’inter corrélation interne Crobach’s montre que les catégories et les sous-catégories liées au manque d’information et à l’inconsistance de l’information sont fiables, contrairement à la catégorie du manque de préparation, particulièrement la sous-catégorie des croyances dysfonctionnelles irrationnelles, qui démontre un taux de fiabilité inacceptable. De son côté, l’ADDTREE démontre que les catégories et sous-catégories du questionnaire turc possèdent des degrés de proximité très similaire au questionnaire de base. Les catégories et sous-catégories se retrouvent ainsi toutes aux mêmes localisations à l’exception de la sous-catégorie conflits externes qui dans le questionnaire de Gati et Saka se situe dans la catégorie de l’inconsistance de l’information, alors que dans la version turque, elle se rapproche davantage de celle du manque de préparation. Les résultats du CFA démontrent que, comme le questionnaire original, celui des Turcs est composé de dix sous-catégories et trois catégories.

 Pour ce qui est des conclusions retirées du MANOVA, les filles montrent davantage de difficultés de prise de décision que les garçons en ce qui a trait à l’indécision générale, aux croyances dysfonctionnelles et au manque d’information sur les processus. Les garçons ont plus de difficultés concernant la sous-catégorie manque de motivation. Pour ce qui est des différences de profil, les personnes indécises présentent plus de difficultés que les personnes décidées dans toutes les sous-catégories, hormis celle des croyances dysfonctionnelles qui à l’inverse pose problème chez les personnes décidées. Enfin, en ce qui concerne le niveau de scolarité, les élèves en 9e année ont plus de difficultés de motivation, de connaissance de soi et de conflits externes que les élèves en 10e et 12e année. Cette étude a permis de créer un instrument de mesure des difficultés de prise de décision de carrière qui aidera les conseillers de la Turquie, cependant sa nouveauté n’a pas encore permis de valider sa construction ni sa fiabilité. Il faudrait effectuer d’autres recherches pour le renforcer

À propos de l'auteur :

Professeur-chercheur (Counseling de carrière) / Directeur de la Clinique Carrière / Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière / Conseiller d'orientation et superviseur clinique Université du Québec à Montréal

Commentaire