Brève de recherche DDC-2018 : Stress et conflits de membres du personnel universitaire (Charlotte Balthazar)

equilibrium

Image récupérée de https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Equilibrium.jpg

BRÈVE DE RECHERCHE DDC – 2018 

Sous la direction de LOUIS COURNOYER

Professeur-chercheur, conseiller d’orientation, Université du Québec à Montréal

Dans le cadre du cours CAR 2901 – Introduction au développement de carrière, les personnes étudiantes des programmes de majeure et de baccalauréat en développement de carrière furent invités à produire un résumé de lecture à partir d’un document scientifique rattaché à leur champ professionnel. Nous en présentons quelques-uns dans une série intitulée “Brève de recherche DDC – 2018”. Bravo à tous ces étudiantes-auteures et ces étudiants-auteurs qui en sont pour la plupart à leur première publication.

Pour citer ce résumé:

Balthazar, Charlotte (2018). Compte rendu de A.S. Bell, D. Rajendran et S. Theiler, S., 2012, Job stress, wellbeing, work-life balance and work-life conflict among Australian academics. E-Journal of Applied Psychology, 8(1), 25-37

 

Dans le cadre de cet article, Bell, Rajendran et Theiler s’intéressent à l’impact du stress vécu au travail sur l’équilibre et les conflits entre la vie personnelle et professionnelle du personnel enseignant des universités australiennes. Selon eux, les phénomènes de mondialisation et l’industrialisation viennent avec un lot de contraintes supplémentaires sur les travailleurs. Ceux-ci sont sujet à une demande plus accrue de productivité et de performance. Le personnel enseignant universitaire ne fait pas exception à la règle. Dans le contexte universitaire actuel (évolution rapide de la technologie, changement organisationnel, coupure budgétaire et la concurrence interuniversitaire), ceux-ci doivent livrer la même qualité de service en disposant de moins de ressources. Bell, Rajendran et Theiler basent leur recherche sur la théorie de Lazarus et Folkman’s (1984), selon laquelle le stress est associé à la perception d’une situation comme étant menaçante ou exigeante. Cette perception aurait un impact négatif sur le bien-être. Dans cette étude, les trois auteurs font une distinction entre les effets du stress lié à une perception menaçante du travail, où la qualité de l’expérience de travail engendre des sentiments d’inconfort, et le stress lié la perception du travail comme étant exigeant, qui est plutôt lien avec la charge de travail et le temps pour le réalisé. Deux autres concepts centraux dans l’étude de Bell, Rajendran et Theiler sont l’équilibre et les conflits entre la vie professionnelle et personnelle. Ils définissent l’équilibre entre la vie professionnelle et la personnelle comme étant le degré de capacité d’un individu à jongler équitablement entre sa vie au travail et sa vie personnelle. Tandis qu’une situation où l’implication dans l’une ces deux sphères interfère avec l’implication dans l’autre sphère, correspond à un conflit entre la vie au travail et la vie personnelle. Les auteurs ont émis comme hypothèse que les deux types de stress, c’est-à-dire la perception du travail comme étant soit menaçant soit exigeant, sont favorables à une augmentation des conflits entre la vie personnelle et professionnelle ainsi qu’à une diminution de l’équilibre entre ses deux sphères.

L’échantillon était composé de 139 employés travaillant dans diverses universités à travers l’Australie, dont 80 sont des femmes et 58 des hommes. Les participants provenaient de domaines variés (21% des sciences sociales, 16,5% de la gestion etc.). Les employés questionnés avaient entre 25 et 66 ans et entre 4 mois et 44 années d’ancienneté dans leur milieu de travail. Ils travaillent comme chargé de cours, tuteur ou professeur. Bell, Rajendran et Theiler ont conçu et ont fait passer un questionnaire à échelle ordinale aux participants afin de prendre les renseignements démographiques concernant l’échantillon (âge, genre, nombre d’enfants, nombre d’heures travaillées, etc.), mesurer l’état de stress au travail des participants, leur bien-être ainsi que leur mal-être ainsi que leurs degrés d’équilibre et de conflit entre leur vie personnelle et professionnelle. Le questionnaire a été élaboré en se basant sur plusieurs outils de mesures connus dans le domaine de la psychologie tel que le Multidimentional health stades Scale (Hardie et al., 2005) et le Stress in general Scale (Stanton et al., 2001).

L’étude réalisée par Bell, Rajendran et Theiler a démontré que le stress découlant de la perception du travail comme étant une menace augmentait le nombre de conflit entre la vie professionnelle et personnelle de leur échantillon et diminuait l’équilibre entre ces deux sphères. Ce qui confirme la première hypothèse des chercheurs. Ceux-ci ont également remarqué que ce genre de stress diminuait le bien-être chez les participants. Ils furent plus surpris par les résultats en lien avec la deuxième hypothèse. Selon les résultats obtenus, le stress associé à une perception du travail comme étant exigeant augmente les conflits entre la vie personnelle et professionnelle et en diminue l’équilibre. Par contre, cela ne semble pas avoir d’impact sur le bien-être du personnel enseignant travaillant au sein d’universités. Selon Bell, Rajendran et Theiler, cette différence est due au fait qu’une perception du travail comme étant menaçant provoque un stress à plus long terme que la perception du travail comme étant exigeant qui occasionne plutôt des stress ponctuels et à court terme. D’ailleurs, leur revue de la littérature avait d’ailleurs relevé que c’est l’exposition à un stress continu et à long terme qui est le plus dommage pour le bien-être. Les auteurs reconnaissent certaines limites à leurs études et recommanderait d’utiliser d’autres types d’approche complémentaire au questionnaire, tel que l’étude par observation, afin de réduire les erreurs attribuables à la méthodologie. Finalement, ils croient qu’il serait intéressant d’approfondir leur recherche en évaluant l’impact de la personnalité et la spiritualité sur la gestion du stress aux enjeux de vie personnelle et vie professionnelle des employés d’université.

 

A propos de Louis Cournoyer 205 Articles
Professeur-chercheur (Counseling de carrière) / Directeur de la Clinique Carrière / Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière / Conseiller d'orientation et superviseur clinique Université du Québec à Montréal

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.