Brève de recherche DDC (Cohorte 2016) – RECHERCHE D’EMPLOI – Retour en emploi après un congé de maternité
19 janvier 2017  -  Par :   -  Recherche  -  Aucun commentaire

BRÈVE DE RECHERCHE DDC – Cohorte 2016

Dans le cadre de leur tout premier cours de baccalauréat et de majeure en développement de carrière, les étudiants inscrits au cours « Introduction au développement de carrière » (CAR 2901) sont invités à produire un résumé de lecture d’un article scientifique.  Nous les partageons avec vous, un par un, dans l’esprit que cela puisse inspirer vos réflexions et qui sait, vos pratiques ?

Thème : RECHERCHE D’EMPLOI

women

Image récupérée de  https://pixabay.com/fr/ex%C3%A9cutif-femme-d-affaires-461652/

Blanchet, Marianne (2017). Compte rendu T.W. Greer, 2013. Facilitating successful re-entries in the United States: Training and development for women returners. New Horizons in Adult Education & Human Resource Development, 25(3), 41-61.

Cette recherche visait à mieux comprendre le phénomène du retour sur le marché du travail chez les femmes ayant quitté leur emploi en raison d’un congé de maternité. En effet, cette étude visait particulièrement à analyser l’impact de l’éducation chez ces femmes qui voulaient réintégrer le marché du travail pour ainsi les attirer davantage à travailler et les aider à mieux préparer leur retour sur le marché. Des publications scientifiques ont été utilisées pour mesurer les facteurs influençant l’apprentissage chez ces femmes. En fait, ces publications ont permis d’identifier quels étaient les avantages à préparer et à former des femmes dans leur retour en emploi et quels étaient les facteurs individuels et contextuels qui avaient un impact sur cette préparation et cette formation.

Greer (2013) s’est basée sur la théorie de l’approche andragogique de Knowles (1968) qui a élaboré six approches sur l’éducation des adultes. Knowles (1968) souligne que les adultes apprennent mieux lorsqu’ils connaissent la raison pour laquelle ils doivent apprendre, lorsque cet apprentissage se fait de manière autonome et s’ils peuvent appliquer leurs expériences de vie à leurs acquis. Aussi, les adultes sont plus intéressés à apprendre des notions qui sont directement liées à leurs tâches au travail, ils préfèrent apprendre avec des résolutions de problèmes associés à leurs intérêts et répondent mieux à un apprentissage découlant d’une motivation interne plutôt qu’externe. De plus, les auteurs Knowles et al. (1998) présentent des facteurs qui permettent à l’approche andragogique de s’adapter à la situation spécifique des femmes. Ces facteurs sont les objectifs de l’apprentissage ainsi que les différences individuelles et contextuelles de l’individu.

Pour répondre à la problématique, l’auteure a fait une revue d’articles scientifiques. Elle a sélectionné 13 articles publiés entre 1986 et 2010 qui abordaient les buts et les objectifs de l’apprentissage ainsi que les différences individuelles et contextuelles chez les femmes. Dans les articles ciblés, les échantillons étaient des femmes au retour en emploi ou l’ayant déjà expérimenté, de même que des femmes déjà en emploi afin de faire des comparaisons. La collecte de données s’est déroulée par la lecture des articles et par l’utilisation de Microsoft Excel afin de noter toutes les informations concernant les buts et les objectifs de l’apprentissage ainsi que les différences individuelles et contextuelles. Une analyse thématique a ensuite été réalisée, ce qui a permis de repérer les principales idées récurrentes qui répondaient à la problématique.

La synthèse des informations trouvées dans les 13 articles scientifiques a permis à l’auteure de répondre à la problématique. Les buts et les objectifs de l’apprentissage chez les femmes qui réintégraient le marché du travail ont pu être déterminés. En effet, l’apprentissage chez les femmes pouvait augmenter leur estime d’elles-mêmes, ce qui influençait positivement leurs chances d’être embauchée. De plus, les femmes pouvaient entrer en communication avec d’autres femmes dans la même situation qu’elles ou qui avaient vécu une situation similaire, leur permettant de mieux vivre leur retour en emploi. Aussi, la formation permettait aux femmes de développer des connaissances liées au marché du travail et de développer un plan d’action pour leur recherche d’emploi. L’auteure a aussi déterminé les différences individuelles et contextuelles qui avaient un impact sur la formation et la préparation de ces femmes. En effet, les raisons de retourner au travail étaient différentes pour chaque femme. Elles pouvaient être de nature personnelle, financière ou familiale et influencées par leur âge, leur éducation et leur environnement socio-économique. De plus, des barrières empêchaient certaines femmes de s’investir dans des programmes de formation pour les préparer au retour en emploi. Ces barrières correspondaient à la distance du lieu de formation, au manque de services pour la garde de leurs enfants, aux horaires de formation qui ne concordaient pas à ceux de leurs enfants ainsi que les coûts associés à la formation ou au service de garde. Finalement, l’expérience du retour au travail a été différente pour chaque femme. En effet, certaines ont eu un statut d’emploi plus bas qu’avant, ont changé de domaine ou ont changé pour travailler à temps partiel.

 

Marianne Blanchet

À propos de l'auteur :

Professeur-chercheur (Counseling de carrière) / Directeur de la Clinique Carrière / Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière / Conseiller d'orientation et superviseur clinique Université du Québec à Montréal

Commentaire