Chroniques Clinique Carrière : TROUVER UN SENS DANS L’INSENSÉ !
26 juillet 2017  -  Par :   -  Intervention, Recherche  -  2 Commentaires

CC

Chroniques CLINIQUE CARRIÈRE


TROUVER UN SENS DANS L’INSENSÉ !

ALEX TARDY

Conseiller à la Clinique Carrière, UQAM

 Conseiller au Carrefour jeunesse-emploi de Laval

Contribution : Louis Cournoyer, professeur (counseling de carrière), UQAM

 


Tout au long de l’humanité, la vaste majorité des individus se sont accommodés aux structures sociales conditionnant leur existence. Entre autres, la religion était notre point de référence pour guider nos comportements et les travailleurs devaient se conformer à cette idéologie (Bernaud, Lhotellier et al, 2015).  Ce n’est que depuis quelques décennies, essentiellement dans les sociétés occidentales, que la perspective d’individualisme, de responsabilité de soi fait son œuvre, mais à quel prix ?

penseesMarqué principalement par la fin de l’État-providence, avec les grandes récessions au début des années 80 et 90, les travailleurs ont payé le prix en vivant à contre-gré une perte des repères traditionnels et de la protection sociale (Cournoyer, 2014). Actuellement, le marché du travail est en changement constant avec les hausses et les coupures budgétaires, le marché économique est chambranlant, la perception face à la valeur politique est pessimiste et les compagnies québécoises se relocalisent. Nous, les travailleurs du XXI siècle, ne pouvons plus nous fier sur notre structure gouvernementale pour nous offrir le support et la sécurité que nous avions jadis. Nous sommes à l’ère de prendre soin de nous-mêmes. C’est maintenant notre responsabilité en tant qu’individu travailleur de déterminer le sens de notre vie personnelle et professionnelle. Dans cet article, il s’agira d’abord de définir ce que peut représenter le sens de la vie. Par la suite, nous montrerons que la souffrance suscitée par un vide existentiel peut nous apporter des réponses fondamentales. Pour terminer, je vous proposerai une activité de réflexion.

Qu’est-ce que le sens à la vie?

Pour éviter que vous et moi nous perdions dans différentes directions avec un concept aussi abstrait, je propose un retour dans le passé pour définir précisément le concept de sens à la vie. En psychologie, l’un des premiers auteurs à s’être intéressé à approfondir la question de sens de la vie est Dr. Viktor E. Frankl, un psychiatre ayant vécu plusieurs années de sa vie dans les camps de concentration, ce qui l’a amené à (perdre) son identité. Selon lui, nous sommes en tant qu’être humain fondamentalement motivé par le désir de trouver un sens à notre existence (Frankl, 2013). Ainsi, nous pourrons nous accomplir pleinement et passer à travers les épreuves les plus douloureuses au cours de notre vie. De plus, notre réalité est subjective et personnelle (Frankl, 2013). En d’autres termes, tout le monde vit une histoire différente et leurs évènements peuvent être perçus différemment selon chaque personne. Donc, il n’existe pas un sens à la vie unique en soi. Il est propre à chacun de nous, ce qui rend complexe son processus d’identification.

Conséquemment, nous n’arrivons pas toujours à trouver une raison de vivre. Il est alors possible de ressentir ce que Frankl va appeler un « vide existentiel » (Frankl, 2013). Pour nous, cela peut se manifester par le sentiment d’avoir un vide à l’intérieur de soi, qu’il manque quelque chose, mais on ne sait pas réellement comment l’expliquer. Avez-vous déjà eu l’impression de ressentir un vide dans votre travail, vos études? Avez-vous déjà eu l’impression que ce que votre travail ou vos études ne fait pas vraiment de sens pour vous? Ce vide peut être la cause de notre ennui, de notre état dépressif, de notre accroissement d’agressivité et dans les pires cas de notre toxicomanie, voir même nos idées suicidaires. Que signifie ce vide, mais qu’est-ce que cette souffrance veut nous communiquer exactement?

Trouver un sens à sa souffrance

Si chacune de nos vies a un sens, alors la souffrance que l’on vit doit nécessairement avoir un sens (Frankl, 2013). En d’autres termes, la présence de cette souffrance a une raison d’être, une signification particulière, puisqu’elle parle de qui nous sommes réellement. Précisément, elle est porteuse de nos valeurs, de nos intérêts, de nos motivations, de nos convictions, de nos croyances profondes, etc. Cette souffrance est un signal pour nous prévenir qu’en ce moment, un ou plusieurs de ces éléments fondamentaux pour nous ne sont pas respectés. Donc, il est maintenant temps de se mobiliser et de changer sa situation afin de trouver un sens à ce que nous faisons.

lifeConcrètement parlant, deux choix s’offrent à nous. Premièrement, on peut prendre la décision d’ignorer sa souffrance et ses conflits internes. Il faut beaucoup de courage pour passer à l’action, dans l’optique de vivre une vie authentique, lorsque l’on ressent une pression à se conformer à une source externe (les parents, les amis, son conjoint, la société, etc.), lorsque l’on ressent de l’impuissance face à sa situation ou lorsque l’on n’a pas de support et qu’on se sent isolé. Bref, ce sont là des éléments qui nous empêchent de croire en la possibilité de vivre une existence passionnée et profonde. Notre deuxième choix est de rencontrer et de reconnaître ce que l’on vit au fond de nous-mêmes. Donc, il s’agit d’explorer et de comprendre les facteurs qui nous empêchent de vivre de notre liberté, de s’ouvrir vers d’autres perspectives et d’accepter que le choix d’être libre est de notre responsabilité.

Pour vous aider à amorcer ou poursuivre votre réflexion…

En guise de conclusion, je vous propose une activité. Je vous invite à prendre une feuille de papier et un crayon pour réaliser l’exercice. Enfin, assurez-vous d’être dans un lieu calme dans lequel vous ne serez pas dérangé pour les cinq prochaines minutes. exercice

1) Placez votre feuille à l’horizontale. Tracez un trait au milieu pour séparer votre feuille en deux parties égales. Maintenant, je vous invite à prendre l’ensemble du côté gauche de la feuille pour dessiner une pierre tombale comprenant assez d’espace pour écrire à l’intérieur plusieurs éléments. Reproduisez la même chose du côté droit.

2) Prenez le temps pour vous calmer l’esprit. Vous pouvez tamiser l’éclairage de la pièce, prendre de grandes respirations. L’important est de se sentir en pleine sérénité.

3) Inscrivez au sommet de la pierre tombale gauche : « Ici repose votre nom complet, il/elle a vécu… ». C’est maintenant le temps de réfléchir à la manière dont vous vivez votre vie personnelle et/ou professionnelle jusqu’à présent, et non comment vous aimeriez la vivre. Soyez honnête envers vous-mêmes. Fermez les yeux, laissez-vous aller et inscrivez tout ce qu’il vous vient à l’esprit sur votre pierre.

4) Inscrivez sur la pierre tombale de droite « Ici repose votre nom complet, il/elle aura vécu… ». Cette fois-ci, inscrivez la manière dont vous souhaiteriez vivre votre vie. Réfléchissez au sens que vous aimeriez donner à votre existence, une vie personnelle et/ou professionnelle qui vous représente de manière pure et authentique. Cela peut être difficile à s’imaginer, mais aller y sans vous contraindre. Laissez-vous aller. Fermez les yeux et inscrivez tout ce qu’il vous vient à l’esprit.

Satisfait de ce que vous avez inscrit ou c’est encore difficile d’écrire quelque chose? En fait, qu’est-ce que cette activité vous a permis de réaliser sur le sens que vous donnez à votre vie présentement? L’objectif de l’activité n’est pas d’atteindre du jour au lendemain le vécu de la pierre de droite. Prendre conscience des différences entre ce que l’on est et ce que l’on souhaite est un solide point de départ. Quel est le premier petit pas que vous pourriez faire pour arriver à votre vie souhaitée?

Il n’en reste pas moins que ces questionnements sont complexes, abstraits et qu’il peut être difficile d’y réfléchir par nous-mêmes sans s’y perdre. Un conseiller d’orientation peut vous offrir un accompagnement réflectif et un support dans votre quête de sens face à votre vie personnelle et/ou professionnelle. Il n’est jamais trop tard pour faire appel à l’un d’eux pour prendre le temps de réfléchir sur soi-même et de se responsabiliser face au sens que l’on souhaite donner à sa vie.

photo-biographie-alex-tardy

Alex Tardy a amorcé ses études universitaires en mathématiques et en philosophie pour éventuellement se diriger vers la relation d’aide, en orientation. Son parcours scolaire fluctuant l’a constamment amené à se questionner sur le sens qu’il voulait donner à sa vie personnelle et professionnelle. Conseiller à la Clinique Carrière de l’UQAM et au Carrefour jeunesse-emploi de Laval, il désire accompagner les gens dans leur recherche de sens à leur travail. Utopiquement, il souhaite que nous vivions tous une vie pleinement authentique.

 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

Bernaud, Jean-Luc, Lhotellier, Linet al. Psychologie de l’accompagnement – Concepts et outils pour développer le sens de la vie et du travail. France : Psycho Sup Dunod, 2015.

Cournoyer, L. (2014). Career counseling in Quebec: Its evolution and future outlook. Dans B. Sheppard & S. Mani (Eds.), Career development practice in Canada: Perspectives, principles, and professionalism (p. 35-54). Ottawa : Canadian Education and Research Institute for Counseling.

  1. Frankl, Viktor. Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie. Québec : Les éditions de l’Homme, 2013, 4e édition.

 

Sources des images:

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Mr_Pipo_thoughts.svg

https://www.pexels.com/photo/man-ocean-oceanshores-rocks-7846/

https://pxhere.com/en/photo/1384284

CC

Pour prendre rendez-vous ou pour des informations sur les services de la Clinique Carrière – FSE/UQAM : http://cliniquecarriere.uqam.ca/

À propos de l'auteur :

Professeur-chercheur (Counseling de carrière) / Directeur de la Clinique Carrière / Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière / Conseiller d'orientation et superviseur clinique Université du Québec à Montréal

2 Commentaires to “Chroniques Clinique Carrière : TROUVER UN SENS DANS L’INSENSÉ !”
  • Vraiment super cet article qui parle du sens de la vie et qui propose un exercice concret. Intéressant aussi le cheminement d’Alex Tardy qui a fait auparavant des études en mathématiques et en philosophie. La clinique carrière sait bien s’entourer, décidément!

  • Louis Cournoyer
    3 août 2017 - Répondre

    Merci beaucoup Mathieu ! En fait, ce n’est pas tant la Clinique qui attire ce type de parcours que l’UQAM, mais plutôt l’UQAM en tant qu’université et les programmes en développement de carrière qui accueille souvent des étudiants en situation de réorientation d’études et de carrière. Toutefois, nous travaillons fort à former ces futurs conseillers du mieux que nous le pouvons et je crois que nous avons en place une structure et un personnel de formation passablement bien qualifiés. Et bien sûr, il y a ensuite les milieux professionnels, dont souvent une certaine firme-conseil sur la rue Saint-Denis, qui poursuit le développement de nos diplômés ! 😉

Commentaire